Logo telephone-bleu

numéro non surtaxé

logo EXPERT BATIMENT PARIS

Expertise technique du bâtiment, conseils, assistance et suivi de travaux

09 83 77 00 48

Assistance à la livraison d'une maison

ou d'un appartement neuf

Vous avez fait construire une maison par un contructeur

dans le cadre d'un CCMI, 

 

Vous prenez livraison d'un appartement neuf acheté en VEFA,

 

La livraison est le moment clé de votre projet de construction ou d' acquisition

 

A la livraison, un procès-verbal écrit doit être rédigé et signé par l'acquéreur et le constructeur / promoteur.

 

Seul un expert du bâtiment a la connaissance et possède le vocabulaire technique permettant de décrire précisément les non-conformités.

 

Ce point est très important, il évite bien des litiges ultérieurs sur la nature et l'étendue exactes des non-conformités.

 

Lorsqu'un professionnel de la construction voit son client assisté par un expert du bâtiment, il ne tente pas de minimiser ou de sous évaluer les non-conformités.

 

Nous recommandons d’effectuer en accord avec le constructeur/promoteur une visite de pré-livraison 15 jours à 4 semaines avant la livraison. Cette visite permet de faciliter la livraison et de remédier aux désordres ou manquements constatés dès la pré-livraison.

Expertise Batiment avant acquisition Expertise Batiment avant acquisition-2 Logo demande de devis

LIVRAISON DANS LE CADRE

D'UN CONTRAT DE CONTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE  (CCMI)

 

Le contrat de construction de maison individuelle (CCMI) concerne  la construction d’une maison individuelle ou d’un immeuble ne comportant pas plus de deux logements destinés au même maître de l’ouvrage, à usage d’habitation ou à usage mixte (habitation et professionnel) sur un terrain appartenant au maître d’ouvrage. L’obligation de conclure un CCMI vise tout constructeur qui se charge des travaux de mise hors d’eau (couverture et étanchéité) et hors d’air (baies extérieures pleines ou vitrées). Il peut être conclu avec ou sans fourniture de plan.

 

A l’achèvement des travaux, la réception, prononcée contradictoirement entre le maître de l’ouvrage et le constructeur, doit faire l’objet d’un procès-verbal écrit.

 

Soit le maître d’ouvrage se fait assisté lors de la réception avec le constructeur par un professionnel du bâtiment : expert du bâtiment, architecte, contrôleur technique…… :

 

•si aucun désordre n'est apparent, le maître d’ouvrage verse le solde du prix au constructeur ;

 

•si des désordres sont constatés, ils doivent être mentionnés précisément dans le procès-verbal et le maître d’ouvrage consigne auprès d'un organisme choisi d'un commun accord (notaire, Caisse des Dépôts et Consignation….), le solde soit 5 % maximum du prix, jusqu'à leur réparation.

 

Soit le maître d’ouvrage procède seul à la réception avec le constructeur :

 

•il  dispose d’un délai de huit jours à compter de la remise des clés pour lui signaler par lettre recommandée les désordres apparents éventuels ;

 

•il verse le solde du prix à l'expiration de ce délai, sous réserve qu'aucun désordre ne soit apparu entre-temps ; dans le cas contraire ou si les réserves formulées à la réception ne sont pas levées, il consigne auprès d'un organisme choisi d'un commun accord (ou, par défaut, désigné par le président du tribunal de grande instance), 5 % maximum du prix jusqu'à leur réparation.

LIVRAISON D’UN LOGEMENT

VENDU EN L'ETAT FUTUR D’ACHEVEMENT (VEFA)

 

Le contrat de vente d’un logement (appartement ou maison) en l’état futur d’achèvement (VEFA) est signé devant un notaire. Cet acte implique que l'acquéreur devient propriétaire du sol à la signature du contrat de vente, puis propriétaire du logement au fur et à mesure de sa construction.

 

La livraison est l'étape où vous recevez les clés et visitez votre logement. C'est à cette occasion que vous pouvez constater sa conformité au regard de votre contrat de vente définitif, et émettre d'éventuelles réserves en cas de malfaçons.

 

La livraison ne doit pas être confondue avec la réception des travaux qui intervient généralement en amont entre le promoteur et les professionnels de la construction.

 

La livraison implique l'achèvement du logement.

L'achèvement suppose que les différents ouvrages ainsi que les éléments d'équipements indispensables à l'utilisation du logement soient exécutés.

Pour être achevé, les juges estiment que le logement doit être alimenté en eau, en gaz et en électricité.

 

Les imperfections mineures (par exemple, les salissures des peintures) ne sont en revanche pas prises en considération puisqu'elles ne rendent pas, par principe, les ouvrages ou éléments d'équipements impropres à leur utilisation.

 

Si l’acquéreur constate des malfaçons ou l'absence de conformité des travaux au contrat de vente définitif, il doit les mentionner dans le procès-verbal dressé en présence du représentant du promoteur.

 

L’acquéreur peut se faire assister d'un professionnel du bâtiment (par exemple : un expert du bâtiment, un architecte…..) pour constater la conformité du logement.

Le solde est payable lors de la mise à disposition du logement. Toutefois, le solde peut être consigné chez un notaire, à la Caisse des dépôts et consignations ou auprès d'un établissement bancaire en cas de contestation sur la conformité avec le contenu du contrat. Cette consignation doit être faite après avoir obtenu l’accord du promoteur ou faire l’objet d’une décision judiciaire.

 

L’acquéreur dispose encore d'un délai d'un mois pour faire un état des lieux et lister les malfaçons qui n'auraient pas été mentionnées lors de la livraison du logement. Cet état des lieux doit être envoyé au promoteur par lettre recommandée avec avis de réception.

 

Les malfaçons rencontrées devront alors être réparées dans un délai d'un an. Si elles ne le sont pas, l’acquéreur peut saisir le tribunal de grande instance (avant l'expiration du délai d'un an) pour réclamer :

 

•l'annulation du contrat de vente

•ou une diminution du prix